Quel est le rôle du médecin scolaire ?

jeudi 18 septembre 2014
par  Le Principal-Adjoint
popularité : 3%

Le médecin de l’Éducation Nationale a un rôle de conseiller technique auprès du chef d’établissement, de la communauté éducative, des élèves et de leurs parents, en matière de prévention.

Ses actions sont centrées sur l’intérêt des élèves de façon individuelle et collective.

Ces fonctions sont exercées dans le respect de son indépendance professionnelle et de ses obligations en matières de secret professionnel.

Dans ce respect, il est en liaison

- dans le milieu scolaire, avec la communauté éducative, l’infirmière, l’assistance sociale.

- hors milieu scolaire, avec les hôpitaux, les centres de santé, les praticiens libéraux, les spécialistes de l’inter secteur de psychiatrie, le juge des enfants, l’Aide Sociale à l’Enfance.

Il oriente vers le médecin traitant ou les services de proximité, assure un lien entre le système éducatif et le système de prévention et de soin.

Ainsi, l’équipe éducative, les parents ou l’élève, peut solliciter l’avis du médecin de l’Éducation Nationale, quel que soit l’âge de l’élève, pour les motifs suivants :

Les troubles de la santé de longue durée et éventuellement l’élaboration d’un projet d’accueil individualisé (P.A.I) sur demande des parents, la rédaction d’un protocole des soins et des urgences, l’intervention pour l’obtention d’une assistance pédagogique à domicile, en cas d‘hospitalisation ou au décours de celle-ci lorsque la scolarisation ne peut se faire à plein temps……

Les situations de handicap et éventuellement l’élaboration d’un projet personnalisé de scolarisation ( P.P.S) à la demande des parents, qui sera soumis à la MDPH ( Maison Départementale des Personnes Handicapées ).

L’orientation professionnelle d’élèves qui présentent un problème de santé (possibilité d’orientation prioritaire).

Les difficultés et troubles des apprentissages : rédaction possible d’un projet d’accueil individualisé, voire d’un projet personnalisé de scolarisation, en cas de situation handicapante, afin de ne pas pénaliser l’élève dans son cursus scolaire, notamment pour les dyslexies dysorthographies sévères.

Les difficultés et troubles du comportement, l’absentéisme, la souffrance psychique et les pathologies mentales.

Les dérogations pour raison de santé (changement d’établissement).

L’aménagement des conditions spéciales d’examen pour des problèmes de santé ou de situation handicapante chronique.

En dehors de ces missions, le médecin de l’Éducation Nationale peut répondre aux urgences définies par les circulaires ministérielles de janvier 2001 :

Intervention en urgence pour la protection de l’enfance en danger.

Intervention en cas d’événements graves survenant dans la communauté scolaire en particulier apport d’un soutien psychologique, d’une assistance immédiate aux victimes ou témoins d’événements traumatisants et contribution aux cellules d’écoute et de crise mises en place.

Intervention en cas de maladies transmissibles survenant en milieu scolaire : les infections à méningocoque, les toxi-infections alimentaires, la tuberculose ou tout autre maladie transmissible. Seules les infections à méningocoque justifient une intervention immédiate du médecin de l’éducation nationale, responsable de la mise en place des mesures de prophylaxie en milieu scolaire. Les autres maladies transmissibles peuvent faire l’objet d’une intervention différée ou d’un conseil téléphonique.


Navigation

Articles de la rubrique